La SPCA de Montréal craint que des fausses informations relatives à l’agressivité chez le chien engendreront l’adoption de législation inefficace et discriminatoire

Sofia (39)

Crédit photo: Julia Roberge Van Der Donckt

Montréal, le 24 juin 2016 – La SPCA de Montréal partage l’inquiétude des citoyens et reconnaît que l’agressivité canine représente une menace sérieuse à la sécurité publique. Ce problème doit être attaqué de front afin d’assurer la sécurité de nos collectivités et de favoriser une cohabitation paisible et mutuellement enrichissante entre les humains et les chiens. Toutefois, les études le démontrent et les experts le confirment : l’interdiction de chiens appartenant à certaines races ou qui présentent certaines caractéristiques morphologiques ne réduit ni le nombre, ni la gravité des morsures et, par conséquent, n’augmente pas la sécurité publique.

La SPCA de Montréal estime que pour faire face au problème des chiens dangereux de la manière la plus efficace possible, les organismes de protection animale, les municipalités et les experts en comportement canin doivent travailler ensemble à l’élaboration de stratégies multidimensionnelles qui ciblent les chiens agressifs de toutes races confondues, en mettant l’accent sur la prévention. Une règlementation relative aux chiens dangereux efficace doit s’appliquer à tous les chiens, peu importe leur race, et doit comprendre des mesures préventives axées sur les causes sous jacentes de l’agressivité canine et la responsabilisation des propriétaires, ainsi que des mesures correctives qui visent les chiens ayant, dans les faits, démontré un comportement agressif.

La SPCA de Montréal s’oppose fermement à l’adoption de législation visant les races particulières (LRP) comme moyen de remédier au problème des chiens dangereux. Les études évaluées par les pairs et les vétérinaires s’entendent pour dire que la LRP n’a aucune base scientifique et n’augmente pas la sécurité publique. De plus, la LRP engendre de nombreux coûts, à la fois financiers et sociaux : elle punit les propriétaires de chiens responsables, occasionne la mise à mort de milliers d’animaux sains et équilibrés et est extrêmement couteuse à mettre en œuvre, retirant ainsi des fonds qui pourraient être utilisés pour financer d’autres programmes.

La SPCA de Montréal offre activement ses services et son expertise à la province, ainsi qu’aux villes et aux municipalités à travers le Québec, afin de les aider à faire face à la problématique des chiens dangereux à l’aide d’une stratégie basée sur la recherche et les données probantes qui augmentera véritablement la sécurité publique plutôt que de procurer un faux sentiment de sécurité.

– 30 –

Personne-ressource pour les médias : Anita Kapuscinska, coordonnatrice aux relations de presse, SPCA de Montréal, 514 359-5198, ou anitak@spca.com.

À propos de la SPCA de Montréal Fondée à Montréal en 1869, nous fûmes la première société humanitaire au Canada et notre mission est de :

  • protéger les animaux contre la négligence, les abus et l’exploitation;
  • représenter leurs intérêts et assurer leur bien-être;
  • favoriser la conscientisation du public et contribuer à éveiller la compassion pour tout être vivant.

Pour plus d’information au sujet de la SPCA de Montréal, veuillez visiter notre site web au www.spca.com.

 

Comments are closed.