La SPCA de Montréal répond à l’appel d’offres de la Ville de Montréal pour les services de contrôle animalier

14470439_10157375064210234_1953679612520159380_n

Photo : Sabrina Mignacca

Montréal, 8 mars 2017 – Le 20 février dernier, la Ville de Montréal a lancé un appel d’offres en vue de trouver un fournisseur en contrôle animalier pour 12 arrondissements dont 10 sont actuellement desservis par la SPCA de Montréal. La SPCA de Montréal répond à l’appel en offrant de continuer à fournir 85 % des services animaliers de ses contrats actuels, ce qui correspond à près de 14 000 animaux par année. Cette proposition offre également une période transitoire d’un mois au cours de laquelle les services au complet pourront continuer d’être fournis aux arrondissements.

En septembre dernier, avant que ne soient adoptées les dispositions du nouveau règlement de la Ville de Montréal qui ciblent injustement certains types de chiens (soit une législation visant des races particulières [LRP]), la SPCA de Montréal avait pris l’initiative de communiquer avec les partenaires montréalais qu’elle dessert. La SPCA de Montréal a alors expliqué que dans l’éventualité où la Ville adoptait une LRP, elle serait incapable de continuer à leur fournir des services canins en vertu des contrats animaliers en cours. Cette position a été réitérée à la suite de l’adoption et de l’entrée en vigueur de ladite LRP. N’ayant d’autres choix, la SPCA a alors dû prendre une décision déchirante, car une continuation des services canins dans une ville avec une LRP forcerait l’organisation à agir contre sa mission et ses valeurs fondamentales. En effet, la SPCA aurait été contractuellement obligée de participer à l’application d’un règlement qu’elle considère discriminatoire, vague, injuste et déraisonnable, et qu’elle conteste d’ailleurs devant les tribunaux.

Ayant étudié et consulté des refuges détenant des contrats animaliers dans des secteurs où une LRP est en vigueur depuis plusieurs années, il est devenu évident que la prestation des services canins aurait contraint la SPCA de Montréal à agir en conflit avec sa mission principale. Ultimement, le refuge serait peuplé de chiens ciblés et/ou saisis par la ville simplement en raison de leur apparence physique. À terme, en raison d’un manque d’espace et de ressources, ceci limiterait notamment notre capacité de pouvoir accepter d’autres animaux ayant véritablement besoin d’un refuge et amènerait inévitablement à l’euthanasie en série des chiens en santé et au comportement irréprochable, simplement en raison de leur apparence physique.

La SPCA de Montréal a toujours soutenu vouloir continuer à fournir des services animaliers aux arrondissements puisqu’aucune autre organisation à but non-lucratif n’est en mesure d’offrir un service à grande échelle répondant à des normes éthiques et vraiment axé sur le bien-être animal et le service aux citoyens. Toutefois, elle n’acceptera jamais d’être forcée d’agir à l’encontre de sa mission et de ses valeurs.

« Comme tout organisme, nous devons prendre des orientations qui respectent nos valeurs fondamentales. La SPCA de Montréal est toujours – et demeura toujours – la voix des animaux. Tout en espérant que la Ville de Montréal acceptera notre proposition, la SPCA de Montréal continuera toujours à protéger les animaux, à représenter leur bien-être et à sensibiliser le public à travers ses divers programmes et campagnes », a déclaré son directeur général, M. Benoit Tremblay.

« Nous continuerons de lutter contre les articles répressifs et discriminatoires du règlement municipal de la Ville de Montréal visant des chiens simplement en fonction de leur apparence physique, et nous sommes impatients qu’une date pour ce procès soit fixée, lors duquel une audition sur le fond aura lieu. Nous poursuivrons nos efforts auprès des élus de Montréal et nous réaffirmerons que la sécurité des citoyens est tout à fait compatible avec le respect et le bien-être des animaux. La SPCA de Montréal a toujours agi en ce sens et entend continuer à mettre de l’avant ce principe », a mentionné Me Alanna Devine, directrice de la défense des animaux à la SPCA de Montréal.

Pour plus d’informations sur la législation visant des races particulières (LRP) et sur la façon de réduire le nombre de morsures de chiens tout des créant des communautés sécuritaires, visitez www.entoutesecurite.com.

– 30 –

Personne-ressource pour les médias : Anita Kapuscinska, responsable des communications, SPCA de Montréal, 514 359-5198, ou anitak@spca.com.

À propos de la SPCA de Montréal Fondée à Montréal en 1869, nous fûmes la première organisation vouée au bien-être animal au Canada et notre mission est de :

  • protéger les animaux contre la négligence, les abus et l’exploitation;
  • représenter leurs intérêts et assurer leur bien-être;
  • favoriser la conscientisation du public et contribuer à éveiller la compassion pour tout être vivant.

Pour plus d’information au sujet de la SPCA de Montréal, veuillez visiter notre site web à www.spca.com.

 

Comments are closed.