Cohabiter avec des coyotes en ville

Coyote2

Cohabiter avec des coyotes en ville

Le 4 décembre 2017, dans Communiqués de presse, Nouvelles, par Anita Kapuscinska

coyoteMontréal, 4 décembre 2017 – En réponse aux questions de plusieurs personnes concernant la présence de coyotes à Montréal, la SPCA de Montréal souhaite partager quelques informations pratiques afin que la coexistence entre humains et animaux sauvages soit sécuritaire, et aussi mieux comprise. La SPCA encourage aussi la Ville de Montréal à continuer à promouvoir des pratiques éthiques et efficaces en matière de gestion animalière.

Les interactions entre humains et coyotes sont de plus en plus fréquentes dans les villes en raison du développement urbain qui détruit inexorablement l’habitat naturel des coyotes. S’ajoute à cela le fait que plusieurs citoyens et citoyennes, de façon intentionnelle ou non, nourrissent les animaux de la faune, en laissant par exemple leurs poubelles facilement accessibles. Il n’est donc pas surprenant que les animaux sauvages, dont les coyotes, se retrouvent parfois dans les quartiers résidentiels.

Les coyotes ont un impact très positif sur la biodiversité d’une région et sur l’équilibre écologique du milieu. Essayer de les éliminer en les piégeant, en les tuant ou en les relocalisant est non seulement inhumain, mais inefficace. Tuer ou relocaliser les coyotes ne fait que perturber la structure sociale naturelle de ces animaux dans une région donnée et peut même créer des problèmes supplémentaires pour les humains. En prenant des précautions – comme modifier certaines de nos habitudes de vie – et en étant conscients de l’impact de nos gestes sur la faune, nous pouvons cohabiter pacifiquement avec tous les animaux.

Beaucoup de grandes villes, Vancouver par exemple, ont des programmes de gestion animalière éthiques qui ont du succès depuis des décennies. The Association for the Protection of Fur-Bearing Animals (The Fur-Bearers), qui se spécialise dans la protection de la faune sauvage, assiste les communautés à mettre en œuvre des programmes similaires au modèle de Vancouver. « La grande majorité du régime alimentaire d’un coyote se constitue de rats, de souris et d’autres rongeurs. La cohabitation avec les coyotes dans un environnement urbain n’est pas seulement bénéfique pour la faune, mais aussi pour nos villes », explique Adrian Nelson, directeur des conflits de la faune à The Fur-Bearers.

La SPCA de Montréal entend travailler avec la Ville de Montréal pour protéger les citoyens et les citoyennes ainsi que la biodiversité. « La SPCA est très heureuse que Projet Montréal s’engage à mettre en œuvre des pratiques éthiques et efficaces pour contrôler la faune et promouvoir la biodiversité urbaine », a déclaré Me Alanna Devine, directrice de la Défense des animaux à la SPCA de Montréal. « Nous sommes certains qu’avec Projet Montréal à la tête de la Ville, il n’y aura plus de trappeurs mandatés pour tuer ou relocaliser des animaux sauvages. Nous avons hâte de travailler avec la nouvelle administration, ainsi qu’avec d’autres experts comme The Fur-Bearers, pour mettre sur pied des stratégies humaines et efficaces telles que l’éducation du public et l’interdiction de nourrir les coyotes afin d’assurer la cohabitation pacifique entre humains et animaux », ajoute-t-elle.

Voici les précautions à prendre pour éviter les conflits avec les coyotes :

  • Placez les ordures dans des contenants sécuritaires munis de couvercles hermétiques.
  • Conservez les poubelles à l’intérieur jusqu’au jour de la collecte des déchets.
  • Utilisez des bacs à compostage étanches.
  • Installez une clôture autour de votre jardin ou cultivez vos légumes dans une serre.
  • Clôturez votre terrain pour le rendre moins accessible.
  • Bouchez les espaces vides sous la véranda, la terrasse et la remise.
  • Ne laissez pas votre animal de compagnie à l’extérieur sans surveillance.
  • Apprenez à vos enfants à respecter la faune et à garder leurs distances.

Si vous voyez un coyote :

  • Ne l’approchez pas ou n’essayez pas de le toucher.
  • Ne lui donnez pas de nourriture ou ne tentez pas de l’apprivoiser.
  • Ne lui tournez pas le dos et ne fuyez pas en courant.
  • Faites-vous aussi grand que possible, agitez les bras, faites beaucoup de bruit et criez.
  • Ne laissez pas votre chien le chasser afin d’éviter des blessures aux deux animaux.
  • Jetez des objets dans leur direction (ne pas les frapper avec les objets)

-30-

Personne-ressource pour les médias : Anita Kapuscinska, coordonnatrice aux relations de presse, SPCA de Montréal, 514 359-5198, ou anitak@spca.com.

À propos de la SPCA de Montréal Fondée à Montréal en 1869, nous avons été la première organisation vouée au bien-être animal au Canada et notre mission est de :

  • protéger les animaux contre la négligence, les abus et l’exploitation;
  • représenter leurs intérêts et assurer leur bien-être;
  • favoriser la conscientisation du public et contribuer à éveiller la compassion pour tout être vivant.

Pour plus d’information au sujet de la SPCA de Montréal, veuillez visiter notre site web au www.spca.com.

 

Comments are closed.