La SPCA de Montréal contribue à donner une seconde chance à une jeune truie

Montréal, le 14 mai 2014 – Il y a quelques semaines, une jeune truie nommée Rosalie a été trouvée et amenée à la SPCA de Montréal. Elle avait à peine un mois, et pourtant, sa queue et toutes ses dents avaient été enlevées, ce qui est pratique courante dans l’industrie du porc. Rosalie est chanceuse, car elle a fort probablement échappée à une vie de misère – celle d’une truie dans un élevage industriel.

1bRosalie 09 logo (2)L’histoire de Rosalie :

La mère de Rosalie a passé sa vie entière confinée dans une cage de gestation en métal si étroite qu’elle était incapable de se retourner, d’étirer ses jambes, ou de s’étendre confortablement. Les dents et la queue de ces truies sont coupées et les mâles sont castrés. Tout cela sans anesthésie ou analgésique.

Les cages de gestation causent des souffrances physiques et psychologiques inimaginables aux truies comme la mère de Rosalie. Les truies logées dans les cages de gestation souffrent de blessures et de plaies de pression à force de se frotter contre les barreaux de leurs cages ou de se coucher sur des planchers de ciment. Elles expriment également des comportements répétitifs comme mordre les barreaux de métal de leur cage ou s’y cogner la tête par frustration et par ennui, souvent jusqu’à se blesser. D’autre information sur les horreurs des cages de gestation ainsi que des images captées lors d’une enquête d’infiltration menée par Mercy for Animals Canada sont disponibles ici.

Comme tous les cochons, Rosalie est un animal intelligent et sensible qui ressent la douleur, la peur et le stress, et qui est capable d’effectuer des tâches complexes. Extrêmement sociables, les cochons passent naturellement leur temps en groupe et ils sont très actifs et enjoués. Des études démontrent que les cochons sont plus intelligents que les chiens et même que certains primates. « Aussi difficile que soit la vérité, les consommateurs doivent comprendre que leurs décisions d’achat peuvent influencer directement la vie des animaux », dit Alanna Devine, directrice de la défense des animaux à la SPCA de Montréal. « Nous voulons sensibiliser les gens aux pratiques de l’élevage industriel de sorte que les consommateurs puissent prendre des décisions éclairées en matière de choix alimentaires. Nous voulons aussi que le public rencontre Rosalie pour qu’il puisse constater que les cochons sont tout aussi intelligents que nos chiens de compagnie. »

Depuis son arrivée à la SPCA de Montréal, Rosalie a été stérilisée et elle passe désormais ses journée à se faire flatter la bedaine par les bénévoles, à jouer à la balle et avec les chiens, à flâner dehors au soleil et à chercher des jouets ou des gâteries dans le foin! Les médias sont invités à rencontrer Rosalie, sur rendez-vous, à la SPCA de Montréal le mercredi 14 mai et le jeudi 15 mai 2014, avant qu’elle ne quitte pour le nouveau foyer que nous lui avons trouvé : un refuge pour cochons nommé Ruby Ranch. Dans son sanctuaire, Rosalie se fera de nouveaux amis cochons, et elle aura une vie heureuse et en santé. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour des millions d’autres truies au Canada qui sont contraintes à vivre leur vie confinées dans des espaces si petits qu’elles ne peuvent même pas se retourner. Veuillez aider la SPCA de Montréal à sensibiliser les gens à la vie des porcs les fermes d’élevages industriels et aux horreurs des cages de gestation.
1Rosalie 12 logo (2)
Voici comment vous pouvez prendre position et faire une différence dès aujourd’hui :

  • Demandez aux marchés d’alimentation canadiens comme Loblaws, Sobeys, Walmart et Metro de cesser de cautionner la cruauté envers les animaux en refusant d’acheter du porc provenant d’élevages industriels qui confinent les truies dans des cages de gestation. En effectuant ce simple changement, ces entreprises peuvent envoyer un message clair et efficace à l’industrie du porc : que les cages de gestation n’ont pas d’avenir au Canada.
  • Informez vos amis et votre famille au sujet de la cruauté qui sévit au sein de l’industrie du porc au Canada.
  • Refusez d’acheter des produits du porc chez un détaillant qui ne s’est pas engagé à s’approvisionner seulement auprès de fournisseurs qui n’utilisent pas de cages de gestation ou, mieux encore, évitez d’acheter des produits du porc.

La SPCA de Montréal vous remercie de venir en aide aux cochons et de passer le message à propos de leur merveilleuse personnalité.

Pour plus de détails à ce sujet, voici des liens utiles :

– 30 –

Contact pour les médias :  Anita Kapuscinska, Coordonnatrice aux relations de presse, SPCA de Montréal, 514-226-3932, ou anitak@spca.com.

Pour plus d’information au sujet de la SPCA de Montréal, veuillez visiter notre site web au www.spca.com.

À propos de la SPCA de Montréal: fondée en 1869, la SPCA fut la première société humanitaire au Canada. Basée sur des principes humanitaires, la mission de la SPCA de Montréal est de :

  • protéger les animaux contre la négligence, les abus et l’exploitation;
  • représenter leurs intérêts et assurer leur bien-être;
  • favoriser la conscientisation du public et contribuer à éveiller la compassion pour tout être vivant.

 

1cRosalie 03 logo (2)

 

Comments are closed.