fbpx

Chiens et enfants : comment prévenir les morsures

Chaque année, plusieurs enfants sont victimes de morsures de chiens. Les statistiques fiables et récentes sur le sujet sont rares. Toutefois, un sondage Léger mené en 2010 pour l’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) révélait qu’environ 45 000 morsures touchant des enfants avaient lieu chaque année dans la province.

Fait surprenant : dans près de 40 % des cas, la morsure ne résultait pas d’une rencontre avec un chien étranger, mais avec celui de la famille.

Pourquoi? Difficile de trouver un seul facteur pour expliquer cette situation, mais ces chiffres démontrent sans équivoque que la cohabitation chiens-enfants n’est pas sans risques.

L’importance du langage canin

D’abord, les chiens disposent d’un langage limité pour exprimer leur inconfort dans diverses situations. Contrairement aux humains, qui ont des moyens d’expression variés, l’essentiel de la communication des chiens passe par leur langage corporel, qui est souvent méconnu des enfants (et même des adultes!) ou encore ignoré.

En effet, certains vidéos en ligne où des enfants jouent avec des chiens donnent vraiment froid dans le dos. On peut y voir des chiens qui expriment leur peur ou leur inconfort à de multiples reprises sans être écoutés et sans qu’un adulte intervienne pour mettre fin à l’interaction dangereuse. Certains de ces vidéos se terminent d’ailleurs parfois par une morsure qui aurait pu – et aurait dû! – être évitée. Dans d’autre cas, on sait que le risque est élevé que la morsure survienne la prochaine fois.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il ne faut jamais punir un chien qui avertit (en grognant par exemple), car privé de ce moyen d’avertir qui fait partie de son vocabulaire, il risque simplement de mordre sans envoyer de signaux. À l’aide du renforcement positif, vous pouvez lui apprendre d’autres réactions plus acceptables, par exemple aller dans sa cage quand il veut être tranquille.

Enfant ou adulte, il est nécessaire d’apprendre à respecter et à écouter les chiens lorsqu’ils nous parlent avec leur corps. Cela permet souvent d’éviter une escalade jusqu’à la morsure et les graves conséquences qu’elle peut entraîner pour les victimes.

À lire : Langage canin : reconnaître les signaux d’inconfort

Les comportements à éviter

Par ailleurs, les enfants, surtout les tout-petits, ont tendance à se comporter incorrectement aux yeux de nos comparses canins. Par exemple, en consultation, il m’est arrivé de voir des enfants saisir la queue ou les pattes du chien pour avoir son attention. Ce comportement leur semble tout à fait normal puisqu’ils prennent la main de papa ou de maman lorsqu’ils veulent interagir avec eux, et qu’ils en sont même récompensés.

Les enfants peuvent aussi jouer de manière inadéquate avec l’animal (en lui arrachant son jouet, par exemple) et même le frapper sans faire exprès. Les parents qui se sont déjà fait crier dans l’oreille ou donner un coup par un enfant comprendront de quoi je parle! Contrairement à nous, les chiens ne peuvent pas relativiser ces attitudes, car leur compréhension du monde est différente de la nôtre. Par conséquent, leur réaction face à ces situations fort désagréables peut entraîner un risque élevé de morsure pour les enfants.

La socialisation de l’animal

Un chien qui n’a jamais été exposé aux enfants lorsqu’il était chiot peut difficilement comprendre ce que sont ces petites créatures qui crient, pleurent et bougent de façon inattendue. Il se peut qu’il en ait peur ou se sente très inconfortable en leur présence. Il a peut-être aussi eu de mauvaises expériences avec les enfants dans le passé et en aura gardé un mauvais souvenir.

Des règles à respecter pour diminuer les risques

Afin de réduire le risque d’incidents fâcheux, il faut respecter certaines règles lors des interactions chiens-enfants.

1- Ne jamais laisser un jeune enfant de 10 ans et moins avec un chien sans surveillance, même s’ils vivent ensemble (les statistiques parlent d’elles-mêmes à ce propos!)

2- Établir les règles que l’enfant, dès son plus jeune âge, doit respecter avec les chiens, notamment :
Ne pas le déranger quand il dort, mange, gruge un os ou lorsqu’il est dans sa cage.
Ne jamais approcher un chien inconnu sans la permission de son gardien (même s’il est à l’attache ou derrière une clôture).

3- Expliquer le langage canin aux enfants dès qu’ils sont en âge de comprendre.
Plus ils sont capables d’identifier correctement les signaux que le chien leur envoie, moins vous aurez à gérer leurs interactions! Valider si le chien désire ou non participer à l’interaction et leur expliquer qu’il n’est pas obligé d’avoir envie de se faire câliner.  En inculquant ce respect aux enfants très tôt, ils comprendront que le chien est un être vivant avec des émotions et non un jouet.

4- Expliquer aux enfants comment réagir face à un chien étranger non tenu en laisse :
Ne jamais courir; cela pourrait déclencher une réaction encore plus vive chez le chien et, comme il court plus vite que les bambins, il les rattrapera facilement.
Ne jamais crier; cela risque de surprendre ou d’agresser l’animal et de déclencher une réaction fâcheuse.
Garder les bras près du corps (car gesticuler peut être perçu par le chien comme une menace, une provocation ou une tentative d’agression), faire l’arbre et regarder au sol. Attendre l’arrivée d’un adulte.
Si le chien fait tomber l’enfant, ce dernier doit se mettre en boule et protégez son visage sans bouger.

Finalement, il faut se rappeler que peu importe la race ou la grosseur du chien, le risque zéro n’existe pas; on se doit d’être toujours prudent. N’hésitez pas à consulter un éducateur canin; il vous aidera à maintenir une relation harmonieuse à la maison entre vos enfants à deux et à quatre pattes.

Amélie Martel
Directrice du bien-être animal

Gardons le contact

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos activités et recevoir des nouvelles de nos pensionnaires.