Rapports annuels

Rapport annuel 2018

« L’année 2018 a été une année charnière pour la SPCA de Montréal. Des luttes que nous menions depuis des années se sont finalement soldées par des victoires pendant que nous redoublions d’efforts pour venir en aide à 14 605 animaux, toutes espèces confondues.

Plus que jamais, les enjeux entourant la protection des animaux sont au cœur des préoccupations des citoyens et citoyennes, et l’équipe de la SPCA de Montréal est bien déterminée à poursuivre son travail amorcé il y a presque 150 ans. »

– Élise Desaulniers, directrice générale

Merci pour votre générosité

En 2018, nous comptions sur 29 627 généreuses personnes ainsi que sur 304 organismes et entreprises charitables. Notre programme de don mensuel continue d’être une réussite, avec 5 681 bienfaiteurs et bienfaitrices.

La SPCA a la chance de compter sur 350 bénévoles, qui sont en service sept jours sur sept toute l’année, ainsi que son conseil d’administration de 2018 pour sa contribution et son soutien remarquables.

  • La soirée de dégustation de vins et hors-d’œuvre au club Le Parloir – caves privées a permis de ramasser 17 000 $.
  • Des appareils de radiographie nous ont été offerts par une généreuse donatrice à la mémoire de sa chatte Charlie.

Revenus

La SPCA de Montréal est un organisme de bienfaisance enregistré qui dépend des dons du public pour remplir sa mission.

Soins des animaux

En 2018, la SPCA de Montréal est venue en aide à 14 605 animaux parmi lesquels plusieurs avaient été maltraités ou négligés, étaient perdus ou blessés ou devaient être stérilisés. Jour après jour, nos vétérinaires et techniciennes en santé animale continuent de jouer un rôle essentiel dans le bien-être des animaux abandonnés ou rescapés, peu importe leur espèce. Le principal objectif de l’équipe vétérinaire est de leur offrir des soins médicaux et des interventions d’urgence de haute qualité.

Défense des animaux

La souffrance infligée aux animaux de ferme est cruelle, inhumaine et intolérable, pourtant, elle est complètement légale. Par exemple, le confinement des animaux dans des espaces très étroits et la mutilation systématique sans analgésie ni anesthésie sont des pratiques interdites ailleurs, mais largement répandues au Québec. La SPCA a lancé sa campagne AniMAL pour exiger du gouvernement du Québec qu’il encadre le traitement des animaux de ferme. Celle-ci n’est pas passée inaperçue dans les médias et a mobilisé des milliers de personnes.

Enquêtes

Le Bureau des enquêtes de la SPCA de Montréal est chargé d’appliquer la législation en matière de protection animale. Chaque année, le Bureau des enquêtes reçoit des milliers de plaintes et de signalements. En 2018, plus de 8 500 animaux de toutes espèces confondues ont reçu la visite de notre personnel et 1 500 nouvelles enquêtes ont été ouvertes. Au total, 449 animaux ont été retirés de leur lieu de garde par notre équipe. Suite aux enquêtes menées par le Bureau, plus d’une quarantaine de condamnations ont été obtenues.

+
+

Trois cas qui se terminent bien

 
  1. Après avoir été heurtée par une voiture, Mia, une chienne âgée d’environ 3 ans a été amenée à la SPCA de Montréal. Notre équipe vétérinaire a été en mesure de lui diagnostiquer promptement de multiples fractures du bassin. À la suite d’un repos forcé avec analgésie, de physiothérapie et de nombreux suivis vétérinaires, le bassin de la chienne s’est rétabli. Aujourd’hui, Mia fait partie d’une famille aimante qui continuera de veiller sur elle à vie.

  2. En août 2016, une automobiliste a été témoin, en pleine nuit, d’une scène horrifiante : deux individus qui battaient brutalement leurs chiens. Elle a rapidement communiqué avec le Bureau des enquêtes. Les suspects ont été arrêtés et leurs chiens ont été saisis pour être examinés par l’équipe vétérinaire de la SPCA et ensuite placés en famille d’accueil. Deux ans plus tard, Patricia Ball et Louis-Philippe Moquin ont été trouvés coupables de cruauté envers les animaux. Ils ont été condamnés à 20 et 15 jours de détention respectivement, et ils ne pourront plus posséder d’animaux pendant 3 ans.

  3. Près de deux ans après la saisie de 54 chats et d’un chien en piteux état, le propriétaire de ces animaux, M. Marcel Couillard, a été trouvé coupable de huit chefs d’accusation qui pesaient contre lui. Il a été condamné à des amendes s’élevant à 12 500 $ et à une interdiction de posséder plus de quatre animaux, et ce pour une période de 15 ans. Les animaux ont reçu l’attention et les soins vétérinaires dont ils avaient besoin.