fbpx

FIDO DANS LE MÉTRO : CONSIGNES À SUIVRE

La Société de transport de Montréal (STM) lance un projet pilote autorisant la présence de chiens en laisse dans le métro dès le 15 octobre 2022.

Le projet, qui durera 9 mois, a été mis sur pied en réponse à la campagne Fido dans le métro lancée par la SPCA de Montréal. Près de 18 000 personnes avaient signé notre pétition : leur mobilisation a porté fruit!

Montréal se joint à la longue liste de grandes métropoles, comme Paris, Londres, Berlin, Barcelone, Calgary et Toronto, où les chiens en laisse sont les bienvenus dans les transports collectifs.

— Il ne sera pas nécessaire de se procurer un titre de transport particulier; les chiens voyageront gratuitement.

Pour le moment, le projet pilote se fait uniquement dans le métro. Les chiens en laisse ne seront donc pas admis dans les autobus.

— Il sera toujours possible de se déplacer dans le réseau de la STM avec son animal dans un transporteur ou un sac prévu à cet effet, selon les conditions déjà en vigueur.

Pour assurer le succès du projet, et afin que les déplacements avec votre chien soient agréables pour tout le monde, la SPCA de Montréal met des conseils à votre disposition. L’essentiel est de bien préparer votre chien à ces sorties particulières, ce qui peut prendre de quelques jours à quelques semaines, afin qu’elles se déroulent de façon positive. Prenez soin également de lire les consignes de la STM.

Comment préparer votre chien à prendre le métro? Voici nos conseils.

Déterminez si votre chien est suffisamment socialisé pour prendre le métro
Utilisez les gâteries préférées de votre chien
Maîtrisez le langage de votre chien
Choisissez une muselière de type panier
Désensibiliser votre chien au port de la muselière
Les étrangers et les autres chiens
Première visite dans le métro
Rendez-vous sur le quai
Entrez dans le train
Augmentez graduellement les trajets
+
+

Voici les consignes de la STM que vous devrez respecter.

Pour les détails, visitez le site Web de la STM.
 
  1. Les déplacements doivent se faire en dehors des heures de pointe du lundi au vendredi (soit entre 10 h et 15 h et après 19 h) ou pendant les fins de semaine et les jours fériés.

  2. Le port de la muselière est obligatoire tout au long du trajet, dès l’entrée dans la station de métro;

  3. Le chien doit être tenu en laisse en tout temps (enroulez la laisse autour de votre main afin de la ramener à une longueur maximale de 1,25 m);

  4. Tout « dégât » que l’animal pourrait faire doit être ramassé;

  5. Les chiens sont interdits sur les sièges et les bancs (dans les wagons et sur les quais);

  6. Une personne ne peut être accompagnée que d’un seul chien;

  7. Éviter la voiture de tête du train, qui sert aux groupes scolaires, aux services de garde, aux personnes avec limitations fonctionnelles et au transport de vélos;

  8. Utiliser les escaliers fixes (éviter les escaliers mobiles, qui pourraient causer des blessures aux chiens). Les ascenseurs sont destinés aux personnes à mobilité réduite, mais vous pouvez les utiliser avec votre animal si l’espace le permet;

  9. Seulement les entrées et sorties par des édicules appartenant à la STM peuvent être utilisés;

  10. Les édifices, commerces et services qui n’appartiennent pas à la STM et qui donnent accès au métro pourraient ne pas autoriser les chiens en laisse; renseignez-vous à ce sujet avant de vous déplacer;

  11. Pour le moment, la station Longueuil–Université-de-Sherbrooke est exclue du projet pilote.

Foire aux questions

Amener mon chien dans le métro coûte-t-il quelque chose?
Que feront les personnes qui ne veulent pas côtoyer de chiens dans le métro?
Pourquoi imposer le port d’une muselière?
Les animaux qui prennent place dans un transporteur devront-ils aussi porter une muselière?
Pourquoi les chiens en laisse ne sont-ils pas admis dans les autobus?
Est-ce qu’il y a une limite de poids du chien?
Qu’arrivera-t-il aux personnes allergiques?
Qu’en est-il des risques de morsure ou d’incident?
Et les chiens d’assistance?
Les lieux resteront-ils propres?
Est-ce écologique?
Cela favorise-t-il la justice sociale?