fbpx

Importante saisie d’animaux en cours au Zoo de St-Édouard suite au dépôt d’accusations de cruauté envers les animaux 

Saint-Édouard-de-Maskinongé, le 21 mai 2019 – À la suite d’une enquête criminelle menée par la SPCA de Montréal au Zoo de St-Édouard en Mauricie, son propriétaire, Normand Trahan, fait face à deux chefs de cruauté et de négligence envers les animaux relativement à plus d’une centaine d’animaux gardés sur les lieux, dont des lions, des tigres, des zèbres, des ours, des loups, des kangourous et des primates. L’accusé, qui a été placé en état d’arrestation ce matin, est passible d’une peine d’emprisonnement de 5 ans, ainsi que d’une interdiction d’avoir la garde ou le contrôle d’un animal à perpétuité. Quant aux animaux du zoo, ils font l’objet d’une saisie débutée ce matin par la SPCA de Montréal.

Étant donné l’ampleur et la complexité de l’opération, celle-ci se déroulera sur une période de plusieurs semaines et se fera en collaboration avec l’organisme Humane Society International (HSI), spécialisé dans les opérations de sauvetage d’animaux d’envergure, avec le généreux soutien de la Eric S. Margolis Family Foundation. HSI se chargera de tous les soins aux animaux sur les lieux, ainsi que du transport et placement tous les animaux sauvages et exotiques saisis dans des sanctuaires partenaires et des établissements de soins spécialisés en Amérique du Nord au cours des prochaines semaines.

Dès 7h ce matin, des agents et agentes de protection animale de la SPCA accompagnés d’une vétérinaire et du personnel spécialisé de HSI ont débuté la prise en charge des animaux du zoo. « Nous avons commencé à faire le tour des installations avec notre vétérinaire afin d’évaluer l’état de santé des animaux, déterminer lesquels nécessitent des soins urgents et documenter l’état des lieux. », explique Me Sophie Gaillard, directrice de la défense des animaux et responsable de l’opération. « Nous allons ensuite commencer à déplacer les animaux saisis vers de nouveaux lieux de garde, où ils pourront recevoir tous les soins spécialisés dont ils ont besoin. Il s’agit d’une opération extrêmement complexe, qui pourrait perdurer sur plusieurs semaines, étant donné le nombre d’animaux et les espèces impliquées. »

Une saisie de cette envergure nécessite la mise en place d’une base d’opération sur les lieux fonctionnelle 24h par jour/7 jours sur 7, la mobilisation d’une grande partie des effectifs du Bureau des enquêtes de la SPCA, l’expertise de vétérinaires et collaborateurs spécialisés, ainsi que la coordination avec un réseau de refuges et de sanctuaires pour assurer des conditions de vie optimales, adaptées à leurs besoins, à tous les animaux qui seront retirés des lieux. « Des opérations de ce type sont possibles uniquement grâce au dévouement et au travail acharné de notre équipe d’agents et agentes de protection animale. » souligne Élise Desaulniers, directrice générale de la SPCA de Montréal.

C’est en réponse à un signalement pour maltraitance logé par des visiteurs du zoo que la SPCA de Montréal a effectué une première visite en août 2018. Ses agents et agentes de protection animale ont ensuite obtenu un mandat de perquisition leur permettant d’entrer sur les lieux accompagné.es par une vétérinaire. En plus de constater plusieurs problèmes importants relatifs à l’état physique des animaux, ainsi que de leurs conditions de vie, les agentes de la SPCA ont procédé sur le champ à la saisie de deux alpagas particulièrement mal en point, ainsi que de quatre cadavres d’animaux trouvés décédés sur les lieux, dont deux tigres. Cette intervention, combinée avec des éléments d’enquête additionnels, a mené aux accusations criminelles annoncées aujourd’hui. À la connaissance de la SPCA, il s’agit de la première fois qu’un propriétaire de zoo se voit accuser de cruauté animale criminelle au Canada.

« En plus d’être une première canadienne relativement au type d’établissement visé, ces accusations représentent également la première fois, dans l’histoire du Québec, qu’une poursuite pour cruauté animale est intentée par acte criminel, un mode de poursuite réservé aux infractions les plus graves et qui permet des peines beaucoup plus sévères », souligne Me Sophie Gaillard.

Toute personne possédant des renseignements additionnels concernant le traitement des animaux du Zoo de St-Édouard est invitée à communiquer avec le Bureau des enquêtes de la SPCA de Montréal par courriel à enquetes@spca.com ou par téléphone au 514 735-2711 poste 2230.

À propos du Bureau des enquêtes de la SPCA de Montréal :

Chaque année, le Bureau des enquêtes de la SPCA de Montréal reçoit des milliers de plaintes et de signalements. En 2018 seulement, plus de 8 500 animaux de toutes espèces confondues ont reçu la visite de notre personnel et 1 500 nouvelles enquêtes ont été ouvertes. Au total, 449 animaux ont été retirés de leur lieu de garde et plus d’une quarantaine de condamnations ont été obtenues.

-30-

Lien: photos disponibles – crédit: Humane Society International

Personne-ressource pour les médias : Anita Kapuscinska, directrice des communications, SPCA de Montréal, 514 359-5198, ou anitak@spca.com.

Gardons le contact

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos activités et recevoir des nouvelles de nos pensionnaires.