fbpx

Le Québec en meilleure position que l’année dernière au classement de l’ALDF, mais pourrait perdre des rangs en raison d’une loi visant des races particulières de chiens

ALD-088 canada map final 2013Montréal, 21 juillet 2016 – L’organisme Animal Legal Defense Fund (ALDF) publie aujourd’hui son classement des lois provinciales en matière de protection animale pour 2016. Le Québec s’y retrouve en bien meilleure posture que l’année dernière, passant de la pire province au Canada à une très respectable sixième place. Toutefois, l’ALDF met en garde que le Québec risque de perdre des places au classement de l’année prochaine si la province va de l’avant avec l’adoption de législation visant des races particulières de chiens (LRP), laquelle réglemente ou interdit certains chiens en fonction de leur race ou leur apparence physique plutôt que de leur comportement.

Premier niveau

1. Manitoba
2. Nouvelle-Écosse
3. Colombie-Britannique
4. Ontario

Deuxième niveau

5. Terre-Neuve-et-Labrador
6. Québec
7. Nouveau-Brunswick
8. Yukon
9. Alberta

Dernier niveau

10. Île-du-Prince-Édouard
11. Saskatchewan
12. Territoires du Nord-Ouest
13. Nunavut

L’amélioration notable du positionnement de la province au classement de cette année découle de l’adoption, en décembre dernier, du projet de loi 54, Loi visant l’amélioration de la situation juridique de l’animal, lequel a créé une nouvelle loi provinciale exclusivement dédiée au bien-être animal et a également modifié le Code civil du Québec afin de reconnaître explicitement les animaux comme des êtres sensibles. Malgré ces améliorations significatives, il n’est pas certain que le Québec parviendra à conserver cette sixième place étant donné la récente annonce faite par la province à propos de l’adoption d’une LRP sur l’ensemble de son territoire, ce qui « représenterait un grand pas en arrière pour le Québec et pourrait faire glisser la province plus bas dans le classement », selon l’ALDF.

La SPCA de Montréal partage les inquiétudes de l’ALDF en ce qui concerne la LRP et estime qu’il s’agit d’une mesure injuste, inapplicable, coûteuse et surtout inefficace pour améliorer la sécurité publique. C’est la raison pour laquelle la SPCA de Montréal a récemment lancé sa campagne #EnTouteSécurité. #EnTouteSécurité a pour but de proposer une stratégie multidimensionnelle qui s’attaquera au problème des morsures de chien sur le fond en mettant l’accent sur la prévention, la responsabilisation des propriétaires ainsi que des mesures qui ciblent les chiens en se basant sur leur comportement et non leur race.

« Il ne s’agit pas d’être pour ou contre un certain type de chien. Il s’agit de donner aux citoyennes et citoyens de Montréal ce qu’ils méritent : une règlementation efficace qui cible les causes sous-jacentes des agressions de chiens » affirme Me Alanna Devine, directrice de la défense des animaux à la SPCA de Montréal. « Et tous les ordres et associations de médecins vétérinaires ainsi que les autorités de santé publique sont d’accord ; la LRP ne réduit ni l’incidence, ni la sévérité des morsures. Nous espérons sincèrement que le Québec poursuivra sur sa lancée en continuant de mettre de l’avant des changements législatifs progressifs et fondés sur les faits plutôt qu’en promulguant une LRP, une solution que les autres juridictions abandonnent à l’heure actuelle. »

La SPCA de Montréal encourage le public à visiter www.entoutesecurite.com pour :

  • Découvrir les faits, études et précédents dans le dossier des agressions canines
  • Se joindre aux 4 163 personnes qui ont déjà pris position en appuyant le modèle de règlementation proposé par la SPCA de Montréal
  • Partager la campagne dans les réseaux sociaux

Crédit photo: Animal Legal Defense Fund

-30-

Personne-ressource pour les médias : Anthony Johnson, SPCA de Montréal, 514 359-5198, ou ajohnson@spca.com.

À propos de la SPCA de Montréal
Fondée à Montréal en 1869, nous fûmes la première société humanitaire au Canada et notre mission est de :

  • protéger les animaux contre la négligence, les abus et l’exploitation;
  • représenter leurs intérêts et assurer leur bien-être;
  • favoriser la conscientisation du public et contribuer à éveiller la compassion pour tout être vivant.

Pour plus d’information au sujet de la SPCA de Montréal, veuillez visiter notre site web au www.spca.com.

Gardons le contact

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos activités et recevoir des nouvelles de nos pensionnaires.