fbpx

Un projet de loi visant à protéger les animaux sauvages en captivité

Montréal, le 22 mars 2022 – La Loi Jane Goodall sera redéposée au Sénat canadien par le sénateur Marty Klyne aujourd’hui. S’inspirant de la loi fédérale de 2019 éliminant graduellement la captivité des dauphins et des baleines, le projet de loi propose de mettre en place de nouvelles protections juridiques essentielles pour les animaux sauvages et exotiques gardés en captivité.


Notamment, la Loi Jane Goodall vise à :

  • Éliminer progressivement la captivité des éléphants au Canada;
  • Mettre en place un système de permis fédéral obligatoire pour les institutions qui détiennent des grands singes, des grands félins, des loups, des ours, des phoques, des otaries, des morses ainsi que d’autres espèces, exigeant que ces institutions démontrent qu’il est dans le meilleur intérêt des animaux d’être gardés en captivité;
  • Interdire l’utilisation de ces espèces dans les spectacles, mettant ainsi fin à l’utilisation d’animaux dans les cirques;
  • Permettre aux intérêts des animaux d’être représentés dans toute procédure judiciaire intentée en vertu de la Loi.

« Les protections juridiques actuelles accordées aux animaux sauvages et exotiques gardés en captivité sont nettement insuffisantes et très variables d’une province à l’autre », explique Me Sophie Gaillard, directrice de la défense des animaux et des affaires juridiques à la SPCA de Montréal. « La Loi Jane Goodall mettrait en place d’importantes garanties pour remédier à cette situation. En accordant aux animaux une forme limitée d’intérêt pour agir devant les tribunaux, elle représente également une avancée remarquable pour les animaux dans le système juridique. »

Actuellement, plus de 20 éléphants vivent en captivité au Canada, dont Lucy, une éléphante d’Asie qui est gardée seul depuis plus de 15 ans au Zoo d’Edmonton. Les éléphants sont des animaux hautement sociaux dont les capacités cognitives et émotionnelles complexes sont maintenant bien documentées. À l’état sauvage, ils vivent dans des climats chauds et leur domaine vital peut s’étendre jusqu’à 11 000 kilomètres carrés. Il est donc difficile d’imaginer qu’il puisse être dans le meilleur intérêt d’éléphants d’être gardés en captivité au Canada.

À travers le pays, de nombreux animaux appartenant à d’autres espèces sauvages et exotiques souffrent également en captivité, souvent gardés dans des conditions inadéquates dans des zoos non accrédités ou chez des particuliers. On estime à 1,5 million le nombre d’animaux exotiques détenus par des particuliers au Canada, dont près de 4 000 grands félins.

-30-

Source : SPCA de Montréal

Personne-ressource pour les médias : Anita Kapuscinska, Conseillère principale, Développement corporatif et relations avec les médias, SPCA de Montréal, 514 359-5198, anitak@spca.com.

À propos de la SPCA de Montréal – Fondée en 1869, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (mieux connue sous le nom de SPCA de Montréal) a été la première organisation vouée au bien-être animal au Canada. Elle est aujourd’hui le plus grand organisme de protection des animaux au Québec, s’exprimant en leur nom partout où règne l’ignorance, la cruauté, l’exploitation ou la négligence.

Gardons le contact

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos activités et recevoir des nouvelles de nos pensionnaires.