La SPCA de Montréal reçue en grande pompe à l’Hôtel de Ville pour souligner ses 150 ans au service des animaux!

Photo: Chantal Levesque

Montréal, le 11 avril 2019 – La Ville de Montréal a reçu l’équipe de la SPCA en grande pompe hier à l’hôtel de ville de Montréal afin de souligner l’anniversaire de l’organisme et tout le travail qu’il a accompli depuis 150 ans. Des animaux ont même été accueillis dans le hall d’honneur de l’édifice; une première! Plus tôt dans la journée, l’annonce d’un plan de retraite pour les chevaux de calèche est arrivée comme un cadeau pour l’organisme créé en 1869. Ce plan tant attendu a vu le jour grâce à un partenariat inédit entre la Ville, la SPCA de Montréal et Galahad, l’Association de protection des chevaux du Québec.

« C’est un jour important pour la SPCA de Montréal et, par extension, pour toute la population, qui peut être fière de l’avancement des dossiers touchant les animaux dans sa ville et sa province ces dernières années », souligne Élise Desaulniers, directrice générale de l’organisme. « On ne peut que se féliciter du chemin parcouru et être optimiste quant à l’évolution des mentalités en matière de protection animale. Bien sûr, il reste beaucoup de travail à faire. Notre Bureau des enquêtes traite encore chaque année des milliers de plaintes pour maltraitance, et beaucoup d’animaux du Québec demeurent sans protection suffisante, mais nos communautés se mobilisent et nous appuient de plus en plus. Les choses avancent comme jamais auparavant! », se réjouit-elle.

Plus qu’un refuge pour chats et chiens
En plus des 6 790 chats et chiens hébergés au refuge, 2 364 animaux de la faune et 1 146 animaux exotiques et de ferme ont reçu les soins du personnel de la SPCA de Montréal en 2018, pour un total de 123 000 animaux en 10 ans. « Ici, chaque vie compte. Au-delà de l’adoption, afin de répondre aux besoins de tous les animaux, nous collaborons avec un vaste réseau de sanctuaires, de refuges et d’organismes de sauvetage. Nous avons également mis en place une série de programmes adaptés allant des soins néonataux aux soins palliatifs en passant par les foyers d’accueil temporaires. L’euthanasie n’est pratiquée qu’en dernier recours, en cas de conditions médicales sévères ou de comportements à haut risque ou compromettant le bien-être de l’animal. Notre organisation se positionne parmi les plus progressistes du pays », résume Amélie Martel, directrice du bien-être animal.

Sur place, la Clinique vétérinaire de stérilisation ciblée permanente Mittens, supervisée par la vétérinaire en chef Gabrielle Carrière, stérilise jusqu’à40 animaux chaque jour, et propose cette chirurgie à tarif réduit aux personnes démunies.

Au cours de la dernière année, nos généreux donateurs nous ont permis d’entreprendre des rénovations majeures, dont le réaménagement de la réception – rendue possible grâce à la générosité de Mondou – et la réorganisation des espaces destinés aux chats. D’autres travaux sont aussi prévus pour améliorer le bien-être des animaux. « Notre situation a bien changé au cours des dernières années. Même si le séjour moyen des chats et des chiens au refuge n’est plus que de quelques jours, on veut quand même réduire au minimum le stress qu’ils subissent. On reçoit aussi de plus en plus d’animaux saisis, gravement malades, de la faune urbaine et exotiques aux besoins particuliers. On cherche les meilleures façons d’adapter nos installations pour en prendre soin », explique Mme Desaulniers.

Faire appliquer la loi
La SPCA de Montréal est aussi dotée d’un Bureau des enquêtes dont le personnel est chargé d’appliquer les dispositions du Code criminel relatives aux crimes contre les animaux, ainsi que la législation provinciale en matière de protection animale. « En 2018, plus de 8 500 animaux, toutes espèces confondues, ont reçu la visite de nos agents et agentes de protection animale et 1 500 nouvelles enquêtes ont été ouvertes. Le territoire couvert comprend l’île de Montréal, Laval ainsi qu’une partie de la Montérégie, de Lanaudière et des Laurentides. C’est encourageant de constater que la cruauté et la négligence envers les animaux sont des crimes qui sont pris de plus en plus au sérieux par la population québécoise », souligne la constable Elyse Hynes, chef du Bureau des enquêtes, qu’on peut voir dans l’émission SPCA en action, sur les ondes de Canal Vie.

Législation en matière de protection animale
Le Service de la défense des animaux, dont la mission est de représenter les intérêts des animaux au plan juridique afin de renforcer la législation en matière de protection animale aux niveaux municipal, provincial et fédéral, compte à son actif plusieurs victoires significatives. « Le Québec a longtemps eu la fâcheuse réputation d’être très en retard en matière de bien-être animal. C’est grâce à la grande détermination et au travail acharné de la SPCA de Montréal, devenue le plus grand joueur sur la scène provinciale dans le domaine, que le Québec rattrape tranquillement son retard. Notre équipe juridique a véritablement changé la donne pour les animaux du Québec », explique Me Sophie Gaillard, directrice de la défense des animaux. « Une de nos plus belles victoires est l’adoption, en 2015, d’une nouvelle loi provinciale vouée exclusivement au bien-être animal et d’un amendement au Code civil du Québec reconnaissant enfin les animaux comme des êtres sensibles. C’est le fruit direct de l’une de nos campagnes », précise-t-elle.

Une équipe dévouée, une communauté mobilisée
En tout, la SPCA de Montréal compte 125 employé.es et 400 bénévoles passionné.es qui permettent d’offrir une gamme de services dépassant de loin le rôle traditionnel attribué aux refuges pour animaux. « Ça fait deux ans que je travaille à la SPCA de Montréal. Chaque jour, j’ai la chance de côtoyer des animaux pour leur venir en aide. C’est une expérience unique et je me considère privilégiée de pouvoir vivre cela. La source de motivation première de toute l’équipe ici c’est l’amour des animaux, de savoir qu’on fait la différence concrètement pour eux, c’est vraiment génial! »,  s’enthousiasme Doryane Lalonde, préposée à la réception des animaux.

Chaque SPA et SPCA est indépendante. La SPCA de Montréal compte principalement sur le généreux soutien de sa communauté pour remplir sa mission. C’est grâce aux dons des ami.e.s de la SPCA et du public que l’organisme sans but lucratif peut effectuer son travail.

De grands espoirs pour la suite des choses
« Il reste encore beaucoup de travail à faire pour protéger les animaux contre la négligence, les abus et l’exploitation et assurer leur bien-être, mais constater tout le chemin parcouru depuis 150 ans nous donne espoir en l’avenir. La semaine dernière,  35 000 personnes ont signé notre pétition pour que l’Ordre des médecins vétérinaires interdise le dégriffage au Québec. Ça aurait été impensable il y a quelques années seulement », souligne Élise Desaulniers.

« Parmi les programmes que nous souhaitons développer à court ou moyen terme, celui des visites à domicile post-adoption nous tient particulièrement à cœur. Il permettra d’assurer encore plus efficacement le bien-être des animaux, de faire de l’éducation et de la prévention. Nous aimerions également doter l’équipe du Bureau des enquêtes d’une flotte de quatre nouveaux véhicules. Nous sommes présentement à la recherche de partenaires et commanditaires pour financer ces beaux projets… et tous les autres », souligne Sophie-Anne Legendre, directrice du développement.

Un gala-bénéfice en juin
La population est invitée à venir célébrer le 150e anniversaire de la SPCA de Montréal lors de son gala-bénéfice qui se déroulera le 12 juin prochain au Marché Bonsecours. Des billets sont encore disponibles à prix avantageux pendant la prévente qui se termine le 1er mai.

À propos de la SPCA de Montréal – Fondée en 1869, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (mieux connue maintenant sous l’appellation SPCA de Montréal) a été la première organisation vouée au bien-être animal au Canada. Célébrant cette année ses 150 ans, elle est aujourd’hui le plus grand organisme de protection des animaux au Québec, s’exprimant en leur nom partout où règne l’ignorance, la cruauté, l’exploitation ou la négligence.

Téléchargez le kit média

-30-

Personne-ressource pour les médias : Anita Kapuscinska, directrice des communications, SPCA de Montréal, 514 359-5198, ou anitak@spca.com.

Gardons le contact

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos activités et recevoir des nouvelles de nos pensionnaires.